S.B.O.

Société Belge d'Orchidophilie ASBL

Evènements

se_module_calendrier_94 - style=default - background=
<<   201806<20195 juin 2019 >20197   >>202006
lu ma me je ve sa di
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
94201906

Pub = Liens vers les producteurs

Image10

Phragmipedium ‘Sedenii’
Il s’agit d’un hybride obtenu par croisement de Phragmipedium longifolium et Phragmipedium schlimii. Il fut nommé en l’honneur de John Seden, un des grands spécialistes en hybridation des Etablissements Veitch & Sons. Il fut décrit et enregistré en 1873.
Cette orchidée a la robustesse de longifolium et la délicatesse des tons roses des fleurs de schlimii.
Sa floraison a lieu lorsque les nouvelles pousses sont matures.
Cette plante demande une bonne clarté sans soleil direct. Un feuillage devenant jaune serait le signe d’un excès de lumière. On la cultive en pot haut (pot à rosier ou à clématite) contenant de l’écorce de pin de moyenne granulométrie (60 %), de la sphaigne (30 %) et des billes d’argile expansée (10 %).
La serre tempérée est idéale. Un écart de température jour-nuit de +/- 7 à 8 ° est conseillé.
Les arrosages doivent être réguliers et abondants toute l’année. Le compost ne doit jamais sécher. En période de croissance et de forte chaleur, le fond du pot peut baigner dans 1 cm d’eau. Dans ce cas, il faut être parcimonieux avec l’engrais car le bout des feuilles risque de noircir en cas d’excès.
Une hygrométrie de 60 à 80 % avec ventilation est idéale.
Les Phragmipedium, tout comme les Paphiopedilum d’ailleurs, demande un rempotage annuel lors du développement des nouvelles pousses. Il est vivement conseillé de procéder avec délicatesse car leurs racines fines et poilues adhèrent généralement aux parois des pots.
Il arrive fréquemment que les plantes hybrides ne fleurissent plus pendant quelques années ; dans ce cas, diviser la plante est parfois LA solution.

Image4

Renanthera ‘Amayani’
Cette plante à port monopodial est assez compacte. La tige florale porte de nombreuses fleurs jaunes ponctuées de rouge. Les fleurs ne sont pas parfumées. La floraison a lieu au printemps ou en été.
Elle se cultive généralement en pot, dans un substrat à base d’écorce de pin de grosse granulométrie. On conseille des arrosages réguliers et abondants mais il faut laisser sécher le substrat entre 2 arrosages. Etant donné qu’elle n’a pas de période de repos, on fertilise toute l’année à raison de 2 x par mois en alternant l’engrais croissance et l’engrais floraison.
Les conditions de la serre chaude à tempérée chaude lui conviennent très bien. La fourchette idéale se situe entre 18 et 30°.
La lumière est un facteur capital pour cette orchidée. Il faut la placer à la lumière, même en plein soleil sauf aux heures les plus chaudes entre mai et septembre. Il est préférable de ne rempoter que si le substrat est dégradé.
Pour éviter une attaque par des champignons, il faut utiliser une eau pas trop froide lors des arrosages et bien aérer l’espace de culture.
Si la culture de la plante est bien menée (arrosages + lumière + température), on peut profiter d’une floraison permanente.

Image3

Dendrobium ‘Love Knot’
Cette orchidée est un hybride de Dendrobium ‘Wonder Nishi ‘ et de Dendrobium spectabile, ‘Wonder Nishi’ étant lui un hybride primaire de Dendrobium atroviolaceum x Dendrobium alexandrae
Tous ces Dendrobium font partie de la section Latouria, intéressante pour la longévité des fleurs, leur originalité et la facilité de culture de ses espèces. Cette section comprend plus de 100 espèces. Initialement Latouria était un nom de genre. Plus tard, elle fut incluse dans le genre Dendrobium, tout en conservant son nom.
Dendrobium ‘Love Knot’ fleurit aussi bien en lumière tamisée qu’en lumière plus intense. La plante restera plus compacte, les inflorescences seront généralement plus grandes et les fleurs plus nombreuses en cas de culture en lumière plus intense. Elle se cultive en pot, dans un substrat drainant à base d’écorce de grosse granulométrie. Elle se plaît en serre tempérée à tempérée chaude.
Les arrosages doivent être copieux en période de croissance ; on les réduit en hiver.
Une haute hygrométrie avec une bonne ventilation est indispensable.
Cette plante n’apprécie pas de fréquents rempotages. Elle ne sera rempotée que si cela est vraiment nécessaire ; dans ce cas, on procédera lors du démarrage des nouvelles pousses.
Cette plante est généralement assez robuste et sa culture pose peu de problème. Lorsque l’atmosphère est trop sèche, elle pourrait néanmoins être attaquée par des acariens.

Image2

Dendrochilum glumaceum
Le genre Dendrochilum, relativement rare en culture, compte environ 300 espèces reconnaissables à leur floraison en épis serrés. L’espèce glumaceum fut découverte aux Philippines par le botaniste H. Cuming et décrite par J. Lindley en 1841. Elle y vit en épiphyte ou lithophyte, entre 700 et 2 000 m d’altitude. Chaque pseudobulbe porte une feuille. Les fines inflorescences d’environ 50 cm de long se forment généralement en même temps que les nouvelles pousses et apparaissent au centre de celles-ci. Elles sont arquées, légères, souples et recouvertes d’une bractée. Elles portent de très nombreuses petites fleurs blanches et agréablement parfumées ; le labelle est jaune. Elle fleurit le plus souvent en fin d’hiver. La floraison peut durer de 3 à 6 semaines.
Cette plante demande des arrosages fréquents et réguliers en période de croissance des pseudobulbes tout en veillant à laisser sécher le substrat entre 2 arrosages. Dès la fin de la croissance, on espace les apports d’eau. Comme cette plante n’exige pas de période de repos, on peut fertiliser toute l’année à raison de toutes les 2 semaines en période de croissance et une fois toutes les 3 semaines le reste de l’année.
La serre tempérée à tempérée chaude lui convient bien. En hiver la température ne doit absolument pas descendre sous les 12 °. Un écart de température jour-nuit d’environ 5° est nécessaire à l’induction florale. Une exposition à la lumière est également indispensable. Si la lumière est insuffisante, la nouvelle pousse risque d’avorter ou alors elle va se développer mais sans inflorescence.
La culture de cette orchidée se fait en pot ou en panier suspendu garni d’écorce de pin de granulométrie moyenne et d’un peu de sphaigne.
Une hygrométrie élevée et par conséquent une bonne ventilation s’imposent en tout temps.
Si elle doit avoir lieu, la multiplication de cette plante se fait par division de la touffe de pseudobulbes, au printemps ; on profite alors de l’occasion pour la rempoter car cette orchidée supporte assez mal le rempotage.
Les Dendrochilum sont dans l’ensemble sensibles à l’excès d’humidité dans les pots, cela entraîne très souvent la pourriture des racines.

Flash info

 

 PROCHAINE REUNION

ATTENTION !!

Prochaine réunion

Le jeudi 16 Mai

à 19,30 h

 "PAVILLON ROODEBEEK"

Parc de Roodebeek

Woluwé St Lambert

Venez adhérer

4ee0450d7783e8ff60aa3df0e0f2af711

Club convivial pour

amateurs et débutants

Venez nous rejoindre

   Voir: ADHESION←clic

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
1394
Hier :
1956
Mois :
48180
Il y a 27 utilisateurs en ligne

Copyright © 2019. Société Belge d'Orchidophilie ASBL - Tous droits réservés.